Rechercher
  • Masiosarey

Camerone, la célébration vue du Mexique


Alors qu’en France de nombreux régiments fêtent la bataille de Camerone, en particulier à l’Etat Major de la Légion étrangère à Aubagne, Masiosarey a couvert la cérémonie du côté mexicain, sur le lieu de la bataille : à Camarón de Tejeda, Etat de Veracruz…

Ce dimanche 30 avril 2017, sous le soleil impitoyable de Veracruz, une cérémonie militaire célébrait la mémoire des morts mexicains et français tombés sous leurs drapeaux respectifs, 154 ans plus tôt dans ce petit village à mi-chemin entre le port de Veracruz et Córdoba. En France, la bataille de Camerone est devenue l’évènement fondateur de la Légion étrangère française, qui a choisi ce fait d’arme pour illustrer le courage de ses militaires combattant à l’étranger. Du côté mexicain, cette commémoration revêtait cette année un caractère particulier ; la municipalité de Camarón de Tejeda ayant finalement été déclarée « Héroico Municipio » par le congrès de l’Etat de Veracruz.

Petit rappel : l’intervention française au Mexique et le Second Empire 1862-1867*

Au sortir de la guerre contre les Etats-Unis de 1848, la toute jeune nation mexicaine est ébranlée : elle a perdu une large partie de son territoire, sa dette explose et son gouvernement est dépassé. La dictature (celle de Santa Ana de 1853 à 1855) est suivie d’une révolution (celle d’Ayutla en 1854) et débouche sur la rédaction et promulgation de la Constitution libérale de 1857.

Mais la décennie 1850-1860 correspond également à une étape de modernisation du pays et d’intensification de ses relations commerciales avec les Etats-Unis et surtout avec l’Europe, principalement à partir des ports de Matamoros et de Veracruz. Une période de de développement qui se distingue notamment par une admiration et une curiosité (réciproque) pour la culture française (c’est à cette époque qu’une première vague d’immigrants français gagne les côtes de Veracruz).

Pourtant, l’instabilité politique persiste et les luttes entre factions obligent le premier président élu à quitter le pays (1858). Le Mexique s’enlise alors dans une nouvelle guerre civile ; la Guerre de Réforme, qui durera 3 ans. Et les puissances européennes, préoccupées par le remboursement de la dette externe du Mexique, commencent à s’immiscer dans les affaires internes du pays.

L’arrivée de Benito Juarez à la tête du gouvernement précipite le cours de l’histoire. Car celui-ci, justement, ne reconnaît pas cette dette qui grève l’économie nationale. En juillet 1861, Benito Júarez déclare un moratoire sur les revenus des douanes, jusque-là exclusivement destinés au règlement du service de la dette extérieure. Immédiatement, la France et l’Angleterre rompent leurs relations diplomatiques avec le Mexique et signent avec l’Espagne la Convention de Londres visant à assurer la protection leurs ressortissants et à récupérer leurs capitaux. Les trois pays décident d’envoyer des contingents militaires (7.000 français, 6.000 espagnols et 700 anglais).

Si le gouvernement mexicain réussit à négocier le retrait des espagnols, il fait chou blanc avec les français. L’empereur Napoléon III a depuis un petit moment des visées sur le Mexique et projette d’y établir un protectorat. C’est ainsi que commence l’intervention française.

Le 5 mai 1862, les troupes napoléoniennes subissent un premier revers à Puebla, face aux troupes du Général Ignacio Zaragoza. Mais, dès l’année suivante, l’empereur français envoie un renfort de 30.000 hommes. Cette fois, le siège de Puebla dure deux mois et, le 17 mai 1863, la ville tombe aux mains des français qui établissent le Second Empire (1863-1867). Napoléon installe sur le trône Maximilien (frère de l’empereur Austro-hongrois François-Joseph), qui, accompagné de la belge Charlotte, débarque à Veracruz en 1864.

Deux Gestes héroïques en une seule cérémonie

La bataille de « Camerone » a lieu le 30 avril 1863, lors de la deuxième intervention, juste avant le deuxième siège de Puebla. Et c’est avant tout l’histoire d’un acte de bravoure et d’une défaite honorable, prélude à la victoire finale (quoique temporaire) des français.

Retranchés dans une auberge de l’hacienda de Camarón, Veracruz, les 60 hommes de la troisième compagnie du régiment étranger, sous les ordres du capitaine Danjou, résistèrent une journée entière aux assauts d’un contingent d’entre 1.000 et 2.000 militaires mexicains menés par le Colonel Francisco De Paula Milán, Commandant militaire de l’Etat de Veracruz.

La commémoration de cette bataille se distingue pour être la seule cérémonie où les militaires mexicains saluent aussi la mémoire des soldats français, et où les honneurs sont rendus au drapeau et à l’hymne national français. Cette cérémonie « duale » est, sans aucun doute, un acte de réconciliation. Mais elle revêt aussi une autre dimension, plus strictement historique, en confrontant deux points de vue opposés sur le même évènement.

C’est heureux pour les curieux, il existe de nombreuses sources sur cette bataille. Et dans leur grande majorité, celles-ci coïncident sur le déroulement des évènements et sur les raisons de la confrontation : un convoi d’argent et d’armes français risquait d’être intercepté par les armées des fédérés mexicains. Pour le protéger, le capitaine Danjou dirige en avant-poste sa compagnie vers le mont Chiquihuite et rencontre sur sa route le Colonel Milán et sa troupe. Les zouaves français se retranchent dans le village de Camarón (baptisé Camarón de Tejeda en 1927) où durant toute la journée du 30 avril, ils défendent leur position. La 3ème compagnie est décimée mais le convoi stratégique a pu passer.

En revanche, sur les détails et notamment sur les chiffres, la bataille mémorielle fait rage ! En comparant les deux versions officielles (Ambassade de France), l'attention du lecteur est avant tout attirée par de (petits) desaccords, sur le nombre de militaires mexicains engagés dans la bataille ou sur les pertes reportées par les deux camps. Le récit fondateur de la Légion étrangère ne laisse aucun doute : le ratio au combat était de 1 soldat français pour 40 mexicains. Et si les français ont tendance à gonfler un peu les chiffres, les mexicains quant à eux minimisent les pertes.

Au-delà des chiffres, certaines interprétations divergent également. Ainsi, d’après le Colonel Milán, la résistance des français est d’abord due à une incompréhension : ils pensaient que les mexicains faisaient partie de la « Guerilla » et donc les exécuteraient sommairement quoiqu'il advienne. Et effectivement, la lecture de l’ouvrage de Gustave Niox montre bien la piètre opinion que les français avaient de l’armée mexicaine, divisée en bandes rivales et mélangée à des bandes et milices locales, "ces bandits de profession" selon Louis Noir. Du côté français, la lecture est toute autre. C’est l’esprit de sacrifice qui préside ; l’idée du capitaine Danjou étant d’occuper le plus longtemps possible les troupes du colonel Milán afin de permettre au convoi menacé d’atteindre Orizaba.

Les deux textes soulignent enfin une manière radicalement opposée de considérer l’ennemi. Le récit attribué au Colonel Milan prend ainsi un soin particulier à évoquer les membres de la compagnie française et les noms des principaux protagonistes. Et alors que la version mexicaine met en avant la générosité du docteur Talavera à soigner les blessés français, la version française explique que la reddition n’a eu lieu que parce que les généraux mexicains s’étaient engagés sur l’honneur à prendre en charge les blessés :

« - Nous nous rendons si vous nous promettez de relever et de soigner nos blessés (…) - On ne refuse rien à des hommes comme vous ! » Répondit l’officier ».

L'ancien zouave Louis Noir, lui, reconnaît bien la valeur du « partisan hardi » mexicain, le colonel Milan qui « inspirait une grande confiance à ses soldats ». Toutefois Louis Noir conclue ce « brillant fait d’arme » en magnifiant le chiffre des victimes adverses (512 mexicains jonchaient le sol et presque toute la compagnie était décimée), participant pleinement à la Geste française.

Une cérémonie mexicaine qui associe « el extraño enemigo »

Ce 30 avril 2017, à Camarón de Tejeda, chacune de ces deux versions de l’histoire a donc été lue et partagée. Et cette année, la lecture du texte français était confiée à un ancien -quoique fort jeune- parachutiste militaire, décoré de la Croix de guerre. venu spécialement de Paris pour l’occasion.

L’autre spécificité de cette commémoration est la démultiplication des actes et des lieux d’hommages. La journée a démarré dans l’école primaire Francisco P. Milán, où les honneurs étaient rendus aux soldats mexicains. Une deuxième cérémonie a eu lieu au Mausolée français où reposent, depuis 1953, les restes des soldats de la 3ème compagnie du capitaine Danjou. Là, la Marseillaise a été interpretée par la fanfare militaire mexicaine, avant que ne soit entonné, à son tour, l’hymne de la Légion : le très exotique « Tiens, Voilà du boudin ». Le troisième temps a été celui du recueillement sur la tombe du Docteur Talavera. Enfin, le public et les officiels se sont réunis une dernière fois, au centre du village, devant le monument aux morts, dans l’attente du défilé militaire.

Ce 4ème acte est le seul moment où les représentants des deux pays prennent la parole. Le Gouverneur de l’Etat de Veracruz, Miguel Ángel Yunes Linares, a ainsi raconté comment il avait été marqué, enfant, par la cérémonie du 100ème anniversaire de la bataille, lors de laquelle le Mausolée français et l’école primaire F. P. Milán avaient été inaugurés. Le Consul Général de France au Mexique, Gérard Maréchal, a rappelé pour sa part la valeur de la réconciliation et de la relation d’amitié tissée entre les deux pays.

Le présidium était concouru. Du côté mexicain, et aux côtés du gouverneur, se trouvait le sous-secrétaire de la Défense nationale, accompagné des représentants des autorités locales, des députés et des représentants du pouvoir judiciaire de l’Etat. La délégation française réunissait pour sa part le Consul Général de France au Mexique, l’attaché de Défense près l’Ambassade de France, le colonel Philippe Cavalier, la Consule honoraire de France à Veracruz, Mme Lygie de Schuyter, un réserviste de la marine française et le vice président de l’association Camerone A.C.

Un public nombreux et résolument mexicain

Peu de français avaient fait le déplacement. Comme le regrette le vice-président de l’association Camerone A.C., Tonatiuh Girard, « malheureusement, les membres de l’association participent de moins en moins à cette cérémonie car le chemin est long. Longtemps, le public arrivait en train, directement de la ville de Mexico jusqu’au centre de Camarón de Tejeda ». Et effectivement, le train (désormais de seules marchandises) passe à 15 mètres du Monument aux mort de Camarón. En revanche, les villageois et les habitants des localités environnantes ont fait le déplacement. Car les festivités s'enchaîneront toute la journée, avec des groupes de musiques locaux et un bal. Camerone est ainsi une véritable fête locale!

A l’issu du défilé militaire qui, selon la presse locale, a mobilisé 500 soldats mexicains, les représentants français se sont retrouvés et recueillis dans la « Posada », construite sur les ruines de l’ancienne auberge qui avait abrité la 3eme compagnie française. et qui conserve encore les rares traces de la bataille. Amparo, qui perpétue la tradition d’accueil impulsée par sa grand-mère, organise le repas et la visite de l’ancien mur de l’hacienda de Camarón au fond de son jardin. Emue, elle raconte comment elle a eu l’occasion d’être invitée à l’Etat Major de la Légion étrangère à Aubagne :

« A deux reprises. Le gouverneur de Veracruz de l’époque, en coopération avec le Consulat de France, avait envoyé des élèves de Camaron en France. Nous organisions un concours pour les sélectionner. Je les ai accompagné deux fois ».

La réunion amicale s'est terminée par la traditionnelle "Poussière" ... Avis aux informés!

Aujourd’hui, le président de l’association Camerone A.C. au Mexique est le descendant du médecin qui avait soigné les zouaves à Camerone, le docteur Talavera. Et s’il manquait encore des preuves de la réconciliation des deux pays, que dire de la présence au sein de cette même association de deux descendants de soldats français restés au Mexique après la bataille !

Pour en savoir plus sur Camerone...

(côté français cette fois!) L’entretien avec Tonatiuh Girard, vice-président de l’association Camerone A.C.

©Masiosarey, 2017

*Cette partie est une synthèse du chapitre de Lira A., Staples A., « Del desastre a la reconstrucción republicana, 1848-1876, dans Nueva historia general de México, 2010, El Colegio de México.

Sources: Louis Noir, Campagne du Mexique Puebla, (souvenirs d’un zouave), 1867

Gustave Niox, Expédition du Mexique, 1861-1867, 1874

Ambassade de France, 150ème anniversaire de Camerone.

#Camerone #Légionétrangère #ConsulatGénéraldeFrance #InterventionfrançaiseauMexique #NapoléonIII #BenitoJúarez

Recherche

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA