Semaine du 3 au 9 avril 2017


ACTUALITE

La semaine a été marquée par la dénonciation de l'attaque chimique en Syrie qui a fait plus de 70 morts. La Crónica, 05/04/2017, Milenio, 04/03/2017, Terra mexico, 04/04/2017. relaient l'initiative de la France et du Royaume Uni pour convoquer une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu. Une actualité internationale décidément chargée: Aristegui noticias, 5/04/2017) rapporte, elle, une autre dénonciation de la France, Envers un autre pays ; la Corée du Nord qui a lancé mercredi dernier un missile nucléaire sur les côtes japonaises

Les échos de la campagne présidentielle française continuent d'arriver au Mexique. Cette fois, la presse relate le premier débat télévisé opposant les principaux candidats. El Universal (04/04/2017) a choisi d'approfondir le débat économique entre E. Macron et Marine Le Pen. Milenio (08/04/2017) rapporte la manifestation en opposition au meeting de Marine Le Pen à Ajaccio

L'étau se resserre autour de la famille Trump : les enquêtes (et les fuites dans la presse) se multiplient, dévoilant les liens entre les entreprises du président étasunien et certains secteurs russes. Carmen Aristegui (4/04/2017) se fait un plaisir de relayer l'enquête menée par USA Today, annoncant que l'un des investisseurs russes dans le projet Trump Soho a été mis en examen en 2011 par les autorités Belges pour blanchiment d'argent.

ECONOMIE

Quand le chat n'est pas là les souris dansent! Un dicton qui convient tout à fait à la posture française vis à vis du Mexique depuis l'arrivée de Trump au pouvoir. La recherche de diversification de la part du Mexique relance la politique commerciale française, dans un pays longtemps considéré comme une chasse gardée des Etats-Unis.

Cette fois, c'est l'industrie automobile française qui fait les yeux doux au Mexique. Expansión (5/04/2017) titre son article sur ce thème mais, en fait, retranscrit un entretien avec le Directeur général de Business France à Paris qui va bien au-delà de ce secteur. spécifique On apprend ainsi que les constructeurs et sous.traitants automobiles français sont déjà bien présents sur le territoire mexicain, mais que d'autres secteurs (notamment la banque ou l'énergie) gagneraient à s'implanter dans le pays. De son côté, nous rappelle le DG de Business France, le Mexique compte trois grandes entreprises implantées en France qui emploient 4.000 employés (Cemex, Sigma alimentos et Mexichem).

Ce n'est pas le directeur de la Chambre de commerce franco-mexicaine qui contredira ces propos. Celui-ci estime qu'en 2017 environ 100 milliards de dollars devraient être investis par les entreprises françaises au Mexique, principalement dans les régions Centre et Nord. Ainsi la France se positionne-t-elle comme le 11ème investisseur étranger au Mexique (Economía hoy, 05/04/2017).

Un article de El Universal (03/04/2017) rmet en avant une autre dimension de la coopération économique entre les deux pays. Le quotidien raconte l'histoire de trois jeunes mexicains résidents en France, qui ont reçu une aide publique pour développer leur start up en France. Et c'est pour mieux mettre en évidence que le Mexique n'investit pas assez dans sa jeunesse entrepreneuriale. Car ces jeunes mexicains insistent: "La France investit dans l'innovation et l'entreprenariat". Bonne nouvelle.

Habituellement nous ne suivons que la presse mexicaine, mais cette semaine nous relayons un article de la revue péruvienne Gestión (03/04/2017) qui donne des nouvelles du cacao Pour la première fois depuis 2012, nous dit cette revue, le prix du cacao en Côte d'Ivoire baisse. Economía hoy (04/04/2017) attribut la baisse du prix mondial du chocolat à une surproduction de cacao. En 2016 l'offre a en effet, et pour la premiere fois, dépassé la demande et la Côte d'Ivoire a produit près de 2 millions de tonnes. Argument que reprend El Economista (09/04/2017) en rendant compte de la baisse de 4% qu'a subi le cacao vendredi dernier à New York.

Toujours sur le front des relations commerciales, mais cette fois avec le Canada, El Diario de Querétaro (04/04/2017) rapporte que les exportations mexicaines au Canada ont crû de 9,7% de janvier à février 2017. La balance commerciale reste largement favorable au Mexique.

Et les chiffres de l'avocat mexicain reviennent en force. 24,4% c'est l'augmentation des exportations depuis décembre 2016 (El Excelsior, 08/04/2017). L'avocat mexicain s'exporte vers 22 destinations dans le monde. Après les Etats-Unis et le Canada, la France est le cinquième importateur, avec une augmentation de 98 %. Rappelez-vous, la France est le premier consommateur européen d'avocats! (Masiosarey). La surprise de ces résultats, c'est qu'en dépit de D. Trump, l'importation étasunienne d'avocat a augmenté de 19%.

Enfin, il y a du nouveau dans le secteur pétrolier. Les livraisons de pétrole canadien aux Etats-Unis sont en baisse et l'OPEP annonce des coupes dans la livraison. Tout cela aurait des effets positifs pour le brut mexicain, d'après El Financiero (04/04/2017).

ENVIRONNEMENT

Des nouvelles d'Ixtacamaxtitlán à Puebla, et du conflit qui oppose les habitants de la localité à l'entreprise minière canadienne Almaden Minerals. Cette fois, le conflit sort de la presse locale où il était resté confiné et fait les titres de la presse nationale.

la revue digitale Spoutnik Mexico (03/04/2017) titre que l'entreprise canadienne persiste dans sa volonté d'ouvrir des mines "sans autorisations". L'article nuance un peu le titre racoleur en expliquant qu'en février 2017 les autorités environnementales mexicaines ont refusé une autorisation d'exploitation; ce qui ne signifie pas forcément que l'entreprise opère illégalement. En revanche, cet article ouvre un espace conséquent aux arguments des opposants au projet. La Vanguardia (05/04/2017) est un peu plus précise et permet de comprendre que la mine n'a pas averti ses investisseurs des problèmes juridiques qu'elle affronte dans l'Etat de Puebla. L'article a le mérite aussi de faire un point sur les acteurs partie prenante dans le conflit et de décrire les différentes étapes juridiques en cours. El Proceso (04/04/2017) fait également un point sur le conflit.

CULTURE

Les traces des vagues successives de migrations sont inscrites dans le marbre... de la cathédrale de Merida. El Diario de Yucatán (03/04/2017) nous convie à une visite guidée et, sur les pierres tombales, c'est l'histoire de la migration au Yucatán qui se déploie : français, libanais et chinois, les noms qui apparaissent laissent entrevoir la diversité culturelle de cet état.

Autre vague de migration, autre lieu : la Merced. Notre agenda faisait part de la sortie organisée par la synagogue Justo Sierra sur les pas des libanais, juifs et arméniens dans le marché de la Merced. Tierra Mexico (09/04/2017) nous livre le compte rendu de la visite.

Il semblerait que la presse mexicaine associe irrémédiablement le Liban à la nourriture. Il y a quelques semaines, c'était l'histoire du Taco al Pastor qui mettait ce pays à l'honneur. Cette fois, El Universal (04/04/2017) décide de faire connaître la cuisine orientale à ses lecteurs et met à l'honneur les plats libanais typiques. Avis aux amateurs! Vous trouverez même une recette de taboulé.

Et en parlant de nourriture, les effets de l'opération "Goût de France" se sont fait sentir jusqu'à Mazatlán où un hôtel a assuré trois services dédiés à la cuisine française (Noreste, 06/04/2017).

#Médiasmexicains

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA