Rechercher
  • Masiosarey

Quand un cochon vietnamien séduit le public mexicain!

Mardi soir, 23 juillet 2019, le cinéma de l’IFAL faisait salle comble. Le public mexicain, convoqué par Antoine Saint-Michel, l'animateur du programme de radio Top France, a suivi avec émotion les tribulations d’un cochon vietnamien et de son compagnon de déroute, le pêcheur palestinien Jaafar, sur la bande de Gaza. Avec Le cochon de Gaza, sorti en salle en 2011, le réalisateur Sylvain Estibal aborde la tragédie du conflit Israélo-Palestinien par le biais de la comédie. En faisant le choix d’éviter le parti pris, il met avant l’absurdité des situations quotidiennes qui, des deux côtés du mur qui sépare le village palestinien de la colonie Israélienne, sont étonnamment similaires.

Les réactions du public mexicain ne laissent aucun doute quant à la réussite de cette entreprise délicate. Il rit en suivant les efforts désespérés de Jaafar pour gagner de l’argent avec ce cochon (animal impur) qu’il a malencontreusement pêché ; il retient son souffle lorsque ce même Jaafar est poussé par un groupuscule islamiste à finir en martyr de la cause palestinienne. A tous moments, Sylvain Estibal évite les écueils d’une dénonciation facile et réussit à rendre absurde (un coup de maître) la mise en scène d’un djihadiste suicide.

Cette co-production française, allemande et belge a réuni sur l'île de Malte, lieu du tournage, plus de quarante nationalités. Et comme un clin d’œil à l’absurdité d’une guerre qui n’en finit pas, l’acteur, Sansson Gabai (extraordinaire) qui joue le rôle du pêcheur palestinien Jaafar est d’origine Israélienne, alors que Yelena (Myriam Tekaï), la colon russe qui décide de faire du commerce avec ce palestinien, est d’origine tunisienne.

La salle est conquise et les applaudissements sont nourris à la fin de la projection, lorsque le réalisateur et son actrice principale, Myriam Tekaïa, montent sur la scène pour répondre aux nombreuses questions du public. Un public qui a visiblement été touché par l’universalisme des sentiments exprimés par les différents personnages du film, alors même que la réalité du conflit Israélo-palestinien semble bien loin des préoccupations mexicaines.

©Masiosarey, 2019

Le cochon de Gaza, 2011, dirigé par Sylvain Estibal

98mn

Langues : arabe et anglais

Sous-titrages en espagnol

Sylvain Estibal est un journaliste, romancier et réalisateur. Auteur de plusieurs ouvrages, dont Le Dernier Vol de Lancaster, adapté au cinéma en 2009, il a obtenu le César du meilleur premier film en 2012 avec son premier long métrage, Le Cochon de Gaza. Photographe indépendant durant la guerre en Bosnie, il rejoins le service photo de l’AFP en 1994. En 2015, il a été nommé directeur du bureau de Mexico. A partir de cet été, il deviendra directeur de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, toujours pour l’Agence France Presse.

#LecochondeGaza #SylvainEstibal #cinéma #IFAL #TopFrance

Recherche

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA