Une tempête évitée... mais un bon nombre de tourmentes à l’horizon. Semaine du 21 au 27 mai 2018


Ouf ! la tempête Alberto –le premier système tropical de la saison 2018– épargnera finalement le Mexique. Car le suspens montait en fin de semaine, alors que Radio Canada (25/05/2018) et Météo Média (26/05/2018) suivaient attentivement son évolution le long de la côte atlantique. Une tempête évitée donc. Même si le lecteur apprendra, au passage, que la NOAA (la National Oceanic and Atmospheric Administration étasunienne) prévoit jusqu’à 9 ouragans "classiques" et 4 ouragans majeurs dans l’Atlantique cette année (et que le Système météorologique national mexicain estime qu’une trentaine de perturbations, plus ou moins importantes, devraient toucher les côtes mexicaines d’est en ouest d’ici Noël). Une tempête évitée. Mais un bon nombre de tourmentes à l’horizon.

Car le Mexique affronte bien d’autres tempêtes, à commencer par celle de la violence, qui poursuit sa course folle à travers le pays.

Le dernier fait de violence inouie en date, rapporté par Europe 1 (27/05/2018), est la découverte, samedi, des corps de six femmes, kidnappées la veille par des hommes armés dans la région de Ciudad Victoria dans l'état de Tamaulipas. Pour rappel, et selon le Registro Nacional de Datos de Personas Extraviadas o Desaparecidas, 6.129 personnes ont été reportées disparues dans le Tamaulipas depuis 2007.

A peine quelques heures avant, Libération (27/05/2018) revenait pour sa part sur une opération de police musclée dans l’état de Nayarit, dans les environs de Tepic, après une série d’attaques à l’arme à feu contre des domiciles. Six malfaiteurs présumés ont été tués et trois otages libérés, dont deux jeunes femmes qui avaient été enlevées quatre mois plus tôt et qui servaient d’esclaves sexuelles aux délinquants. En 2017, précise le quotidien, 255 personnes ont été assassinées et 117 enlevées dans l’état de Nayarit.

Jeudi, Le Figaro (24/05/2018) annonçait la mort de la journaliste Alicia Diaz Gonzalez, qui couvrait l’actualité des entreprises locales ainsi que les sujets liés aux impôts et aux investissements publics dans le nord du pays pour le quotidien El Financiero, après avoir collaboré avec El Norte et La Moneda. Le corps sans vie d’Alicia Diaz Gonzalez a été retrouvé, roué de coups, à son domicile dans la ville de Monterrey. Comme le rappelle Le Figaro, la semaine dernière le journaliste Juan Carlos Huerta avait été abattu à la sortie de son domicile dans l'état de Tabasco (sud-est).

Lundi, enfin, Arte (21/05/2018) abordait la dimension politique de la violence, au travers d’un reportage dans la ville de Chilapa, dans l'état du Guerrero, où deux candidats ont été assassinés coup sur coup. Car ces élections semblent malheureusement cristalliser une part de la violence qui frappe aujourd’hui le pays. Au Mexique, 80 candidats et représentants politiques locaux ont été assassinées depuis le début du processus électoral.

L'anticyclone économico-trumpien...

Après un tel vertige, la nouvelle salve de provocations du président étasunien a comme un air de petite musique familière. Comme le racontent TVA Nouvelles, Radio Canada (23/05/2018) et 98.5 fm (24/05/2018), Donald Trump, donc, a déclaré mercredi qu’il est très «difficile» de négocier avec le Canada et le Mexique et que ces deux pays sont «très gâtés». Avant d’ajouter « Je ne suis pas heureux avec leurs demandes, mais je vous le dis, à la fin, nous allons gagner... et nous gagnerons gros » .

Qu’ajouter à cela ? On se le demande. Avec l’optimisme forcené qui semble être devenu sa signature, Justin Trudeau tente malgré tout le consensus : «on sait très bien qu’il y a un accord gagnant, gagnant, gagnant pour nous tous [...] on va continuer d’y travailler » dira-t-il. Mais Donald Trump, qui ne semble décidément pas un adepte ni de l’optimisme canadien ni du principe du « gagnant-gagnant-gagnant », ne s’arrête pas là. Dans la foulée, le 45e président a donc promis, pour «très bientôt», une bonne nouvelle pour l’industrie automobile américaine et ses travailleurs, qui seront «très heureux avec ce qui va arriver»... Si tout ce cinéma ne sent pas l’approche des élections de mi-mandat aux Etats-Unis...

En gros, rappelle 98.5 fm (24/05/2018), les bonnes nouvelles de Donald Trump consistent en rapatrier la production automobile aux États-Unis, pour créer des emplois et réduire le déficit commercial américain. Mais, comme le précise aussi le média, les entreprises du secteur ont déjà, et depuis belle lurette, construit des chaînes de production « qui chevauchent les frontières de l'ALÉNA ». La modification des règles en vigueur a donc de fortes chance de « perturber leurs activités, augmenter les coûts et les désavantager potentiellement sur le plan concurrentiel par rapport aux constructeurs d'Asie et d'Europe ». Ce n’est donc pas gagné pour Donald.

Le Figaro (26/05/2018) note d’ailleurs que les autorités mexicaines restent relativement calmes face à ces dernières provocations. Elles développent probablement une certaine résilience. Et elles ont peut être aussi lu l’article de 98.5 fm. Mais, nous dit le quotidien, le gouvernement de Enrique Peña Nieto compte surtout sur l’approche des prochaines échéances électorales pour que tout le monde finisse par se réassoir à la table des négociations, avant que les équipes ne changent. En bref, résume Le Figaro, le ministre de l’économie Ildefonso Guajardo estime à 40% la probabilité « de pouvoir conclure [les négociations] avant les élections », à condition que... « les Etats-Unis comprennent que cela nécessite de l'équilibre et de la flexibilité... » Et là, évidemment, le doute se réinstalle.

Une croissance en hausse

Quoiqu'il en soit, malgré les bourrasques trumpiennes et le ciel incertain de ces négociations commerciales, l’économie mexicaine semble résister. Un peu plus tôt dans la semaine, Le Figaro (23/05/2018) avait déjà noté les bons chiffres de la croissance mexicaine, publiés ce mercredi par l'Institut national de statistique et de géographie (INEGI) : une augmentation de + 1,1% du PIB au premier trimestre par rapport au trimestre précédent, soutenu notamment par le secteur des services. En glissement annuel, précise le quotidien français, le PIB mexicain a donc connu une croissance de 2,3% au premier trimestre et le pays se maintient comme la deuxième plus puissante économie d'Amérique latine.

Zone Bourse et L’Usine Nouvelle (24/05/2018) annoncent également l’inauguration du nouveau site de production du groupe Figeac Aero, à Hermosillo dans l’état de Sonora. Cette usine, qui fabriquera des pièces pour les portes du Boeing 787, devrait créer 200 emplois d’ici la fin de l’année, et vise à recruter 500 personnes supplémentaires avant 2023.

Et cette semaine toujours, Zone Bourse (23/05/2018) revient sur le partenariat entre EutelSat, Elara et le Ministère mexicain des Télécommunications et des Transports, inauguré en 2012 dans le cadre du programme fédéral México Conectado. L’objectif était de connecter par satellite les écoles, les centres médicaux, les établissements administratifs ou encore les centres communautaires des régions les plus isolées du sud-est du pays. L’article n’est pas très détaillé, mais il semble bien que les résultats sont satisfaisants.

Il n'y a donc pas que des mauvaises nouvelles...

Et pour la fin, nous vous avons même gardé les deux meilleures.

La première nous est rapportée par la quotidien suisse Le Matin (25/05/2018). «Jusqu'à présent», a confirmé jeudi le conseiller président de l’institut national électoral à l'AFP, aucune ingérence russe n’a été détectée dans le cadre du processus électoral en cours. Nous voila donc fort rassurés. Effectivement, 70 citoyens mexicains résidant en Russie ont fait une demande de vote depuis l’étranger. Mais, à ce stade, absolument rien ne permet de suspecter une tentative de fraude ou de manipulation. Lorenzo Cordova profite donc de l’occasion pour marquer son but : «nous sommes prêts à affronter n'importe quelle interférence, qu'elle provienne de Russie ou d'Amérique du Nord». Et toc, dans les dents.

La seconde est sportive et est relayée en choeur par L’Equipe, Eurosport et France Football (26/05/2018). Tenez-vous le pour dit, le Mexique est bien décidé à remporter la Coup du Monde de football le 15 juillet prochain ! Ou, tout au moins, à aller en final. « Comme sportifs et comme êtres humains, c'est notre droit de le croire, parce que nous travaillons beaucoup pour atteindre cet objectif » a expliqué le sélectionneur Juan Carlos Osorio, lors d’un conférence de presse ce vendredi. La tactique d’attaque footbalistico-humaniste mexicaine se précise...

©Masiosarey, 2018

L'illustration est la repróduction d'un triptyque de l'artiste mexicain Felipe de la Torre.

#Médiasfrancophones

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA