Rechercher
  • Masiosarey

Champagne pour tous! Semaine du 19 au 25 février 2018


CHAMPAGNE !

La France, c'est bien connu, est le pays du champagne. Et Milenio (23/02/2018) semble le découvrir, non pas le 14 février, ni le 31 janvier, mais... le 23 février, en menant l'enquête auprès d'une des trois plus anciennes maisons de champagne, à Reims évidemment, la maison Henri Abelé. Alors champagne pour tous, cette semaine!

Une nouvelle qui mérite probablement le champagne est celle de l'interdiction du téléphone portable dans les cours de récréation françaises. Une mesure qui fait cependant débat dans les salles de professeurs, et l'article de Infoabe (25/02/2018) de conclure sur une autre mesure phare des ministères français de l'éducation et de la culture : la mise en place de choeurs dans les écoles. Sipse (25/02/2018) salue un président français qui met en oeuvre ce qu'il avait promis.

Champagne encore! La France annonce qu'elle a réussi à frustrer deux tentatives d'attentat depuis le début de l'année 2018 (Noticieros Televisa, 25/02/2018; El Mercurio de Tamaulipas).

Champagne enfin, à l'occasion de la création de la première université bilingue français-espagnol qui ouvrira ses portes dans l'Etat de Nuevo León. Conçue sur le modèle des IUT français, l'université proposera des formations spécialisées et techniques dans les domaines de l'aéronautique, de l'énergie ou encore de l'industrie automobile avec une capacité d'accueil de 3.000 étudiants, (Canal 10, 25/02/2018).

MOINS REJOUISSANT

En revanche, la note la plus reprise dans la presse mexicaine n'est pas très joyeuse. Le Parisien rapporte une rixe dans la banlieue parisienne qui a débouché sur de terribles actes de barbarie. Trois hommes sont en effet accusés de cannibalisme après avoir mangé l'oreille et un bout de lèvre de leur victime (Aristegui Noticia, 20/02/2018; La Cronica de Hoy, 20/02/2018; El Imparcial de Oaxaca; El Sol de San Luis) .

Autant le Mexique est un refuge pour les canadiens victimes de l'hiver polaire, autant le Canada peut se transformer en refuge pour certains mexicains : c'est apparemment le cas de Manuel Barreira, l'entrepreneur accusé de participer à la triangulation de l'argent de la vente d'un terrain ayant appartenu au candidat à la présidence de la coalition "México al frente", Ricardo Anaya. L'enquête, encore en cours, est relativement bien détaillée par El Universal (23/02/2018). Alors, le Mexique est-il en passe d'avoir son Fillon national?

RADOUCISSEMENT DANS LES RELATIONS TRILATERALES?

Pas de quoi ‒encore‒ sortir le champagne des caves nord-américaines, pourtant force est de constater qu'il y a un radoucissement sur le front des relations entre les trois pays.

Le Canada accepterait en effet que Boeing participe aux offres publiques pour la modernisation de son aviation militaire; et cela alors même que les Etats-Unis persistent à vouloir imposer de sacrés barrières douanières au fleuron de l'aviation canadienne, le constructeur Bombardier (Expansión, 22/02/2018). Comme quoi en commerce et en relations internationales, les rancunes peuvent être vite oubliées!

Un accord en matière de sécurité des produits vient d'être signé entre le titulaire du Bureau mexicain de protection des consomateurs (PROFECO), le Département de la santé du Canada et la Commission de sécurité des produits de consommation des Etats-Unis. Il s'agit notamment de partager les alertes sanitaires concernant des produits de consommation commercialisés entre les trois pays. Un engagement qui avait déjà été pris lors de différents sommets sur le thème, organisés en 2011, 2014 et 2015 (Milenio, 24/02/2018). Espérons cela soit de bon augure pour la septième ronde des négociations du TLC qui s'ouvre cette semaine au Mexique.

Et les mesures "créatives" annoncées la semaine dernière par le Canada dans le cadre du TLC prennent peu à peu substance. Le pays souhaite ainsi soustraire les "voitures de technologies avancées" aux règles sur l'origine si chères aux Etats-Unis. C'est en tout cas ce qu'a expliqué le canadien Martin Thornell aux représentants du secteur automobile mexicain (Expansión, 20/02/2018; Excelsior 21/02/2018).

Et pourtant, le dossier minier continue, en sous-main, d'empoisonner la relation Mexique-Canada. Sin Embargo (24/02/2018) suit régulièrement les conflits qui opposent les communautés locales et les grandes entreprises extractives (pour la plupart canadiennes). Et, cette semaine, l'hebdomadaire couvre le cas de la localité de Cocula dans l'Etat de Guerrero, où les ejidatarios de Real de Limon ont décidé de récupérer les terres louées à l'entreprise Media Luna (appartenant au groupe canadien Torex Gold Ressources). pour cause de non respect des clauses du contrat qui liait la multinationale à la communauté. Un reportage utile pour mieux comprendre les enjeux d'un conflit qui dure et qui implique non seulement les habitants affectés, mais aussi les travailleurs de la mine...

#Médiasmexicains

Recherche

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA