23 février 1847


Mais qui a gagné la Bataille de La Angostura?

Cet affrontement, également connu comme la Bataille de Buena Vista au nord du Rio Grande, a opposé pendant deux jours les troupes étasuniennes et mexicaines, dans un passage semi-montagneux à une dizaine de km de Saltillo, dans l’Etat de Coahuila.

A l’époque, The Mexican War ou l’Intervención norteamericana (1846-1848) bat son plein. Après à peine cinq mois de combats, les divisions étasuniennes sont déjà à Monterrey. Ce contexte pour le moins tendu vaut à Antonio López de Santa Anna d’être rappelé d’exil et, à partir d’octobre 1846, les troupes mexicaines se regroupent à San Luis Potosí.

Côté étasunien, l’ambitieux Général Zachary Taylor (qui deviendra effectivement président en 1848), convaincu qu'il ne faut pas trainer à Monterrey, décide unilatéralement de continuer sa marche vers le Sud, sur Saltillo ou il donne rendez-vous à la Division du Général John E. Wool, qui elle vient de Chihuahua.

Santa Ana a vent de ces plans et se lance à la rencontre des troupes ennemies. En nette supériorité numérique (fortes en théorie d’entre 18 et 22.000 hommes, selon les sources, contre entre 4.500 et 6.000 étasuniens), les troupes mexicaines sont néanmoins sous-équipées et mal nourries. Et la longue marche de 400 km dans le désert pour rallier Saltillo viendra à bout de beaucoup d’entre eux. Ils ne seraient plus que 10.000 hommes (parmi eux les irlandais du Bataillon de San Patricio) lorsqu’ils se retrouvent, le 22 février 1847, face aux troupes étasuniennes à la hauteur de Puerto La Angostura.

Erreur de calcul du côté mexicain, ou piège tendu par Taylor, les troupes de Santa Ana se précipitent alors au combat et se retrouvent en mauvaise posture face aux étasuniens qui, bien que moins nombreux sont mieux armés. Ces derniers se retranchent alors sur des hauteurs, résistent et, surtout, ripostent.

Le 23 au matin, les combats reprennent. Et les renforts arrivent des deux côtés. Et, là, les lectures divergent sérieusement. Une version de l'histoire veut que les troupes mexicaines aient finalement pris le dessus, mettant la main sur 3 canons, des munitions et des drapeaux. Une autre lecture met en avant la supériorité tactique et militaire des régiments étasuniens tout au long de cette journée de combats. Quoiqu'il en soit, le soir même et sous la pluie, Santa Anna ordonne la retraite arguant que la bataille a été gagnée.

Les historiens mexicains sont encore aujourd’hui perplexes quant à la décision de Santa Ana. Etait-il incompétent? A-t-il trahit son camp?... Pour les troupes mexicaines, à bout de force et sur un terrain hostile, cette retraite se transforma vite en désastre militaire, prélude de la déroute qui coûtera au Mexique la moitié de son territoire.

Le Texas s’est constitué en république indépendante en 1836, pour être finalement incorporé, en 1845, aux États-Unis, dont les ambitions expansionnistes sont alors devenues évidentes. En mars 1846, Taylor établit une base avancée à Fort Texas (Fort Brown), sur la rive Nord du Rio Grande. Les escarmouches avec les troupes mexicaines se multiplient et la guerre est officiellement déclarée le 13 mai 1846. Au fil des mois qui suivent, les troupes étasuniennes avancent inexorablement. Elles arriveront dans la capitale en septembre 1847. Le 2 février 1848 est finalement signé le traité de Guadeloupe Hidalgo (voir l’impasse mexicaine) : le Mexique cède aux États-Unis le Texas, la Californie, l'Utah, le Nevada, le Colorado, le Wyoming, le Nouveau-Mexique et l'Arizona. Le pays a perdu près de la moitié de son territoire, mais cette défaite précipitera, aussi, l'avènement du Mexique moderne...

http://www.lhistoria.com/mexico/batalla-de-buena-vista

http://www.memoriapoliticademexico.org/Efemerides/2/22021847.html

#EtatsUnis #Controverseshistoriques #1847

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA