Le Mexique, premier importateur de dindes étasuniennes


Le mois dernier le magazine The Atlantic (23/11/2017) publiait un article fascinant sur les menaces que faisait peser la politique protectionniste de Donald Trump sur les éleveurs étasuniens de... dindes. Car, le saviez-vous, les amateurs mexicains de Guajolotes* consomment près de la moitié des exportations étasuniennes...

Sans trop de surprise donc, la Fédération étasunienne des producteurs de dindes (The National Turkey Federation) est aujourd’hui devenue une fervente avocate de l’ALENA. Car les chiffres parlent d’eux même. En 1990, les Etats-Unis exportaient 25,000 tonnes de viande de dinde ; en 2014 ce volume atteignait 366,000 tonnes, dont une grande partie (144.000 tonnes en 2015) part directement alimenter le marché mexicain. Les facilités commerciales instaurées par l’ALENA représentent donc aujourd’hui un paramètre important de la prospérité et de la stabilité de ce secteur (dont le chiffre d'affaire annuel global se situait en 2016 autour de 6 milliards de dollars selon la USDA), avec à la clef quelques milliers d’emplois, principalement dans les états du Minnesota et de Caroline du Nord**. Plus encore, cet accord de libre échange régional permet aux Etats-Unis de se maintenir dans le peloton de tête mondial des producteurs-exportateurs de volailles, face à la concurrence brésilienne notamment.

En comparaison, la production mexicaine reste encore modeste, avec 16.800 tonnes de viande en 2016 (13.413 tonnes en ce qui va de l'année 2017, selon le Servicio de Información Agroalimentaria y Pesquera (SIAP SAGARPA) et s'avère relativement concentrée : le Chihuahua et le Yucatán s’imposent comme les leaders du secteur, avec respectivement 24% et 21% du volume national***. Quant au marché intérieur des mangeurs de guajolotes, celui-ci est également réduit. En effet, un mexicain consomme en moyenne 1.7 kilo de dinde par an, contre 16 kilos pour un étasunien. Enfin, et même si une diversification des modes de consommation s’opère progressivement au Mexique (avec l’introduction de saucisses ou de jambon de dinde par exemple), les habitudes de consommation restent très liées aux festivités de fin d’années, et près de 90% de la viande de dinde est encore achetée et cuisinée entre Noël et le Jour de l’An.

Toutefois, les producteurs mexicains –à travers la Sección Nacional de Productores de Guajolotes de la Unión Nacional de Avicultores (UNA)– contre-attaquent et remettent à leur tour en cause les modalités d’application de l’accord de libre-échange. Selon eux, l’industrie nationale du dindon aurait tout à fait la capacités de répondre à la demande interne pendant les périodes de Noël (estimée à environ 3 millions de dindes). Le problème, nous dit cet organisme, est qu’elle ne peut concurrencer l’offre américaine (95% des importations) –et, dans une moindre mesure, chilienne– qui bien qu’étant de qualité inférieure (certaines dindes importées seraient congelées depuis 2 ans), ne fait l’objet d’aucun quotat et surtout casse les prix (-20 a 25% pour les turkeys gringos).

Alors, pour Noël, guajolote mexicain ou dinde étasunienne ? La dinde mexicaine est sans doute un peu plus compliquée à trouver, plus chère aussi, mais au risque d’être taxés de partiaux (et peut-être même de végétariens), nous vous donnerons un dernier élément. Selon la USDA NASS, le poids moyen d’une dinde américaine est passé de 6.5kg en 1929 à... 13kg en 2012. Tout cela est-il bien raisonnable ?

©Masiosarey, 2017

* Espèce endémique d'Amérique du Nord, du sud-ouest des États-Unis jusque dans le Yucatán, la « poule d'Inde », dindon sauvage ou guajolote (du nahuatl huexolotl,) était déjà chassé et domestiqué à l'époque préhispanique

** le Minnesota, la Caroline du Nord, l’Arkansas, l’Indiana, et le Missouri produisent plus de la moitié des quelques millions de dindes américaines élevées chaque année aux Etats-Unis. En 2016, selon la USDA, ce secteur a commercialisé 244 millions de dindes; la grande majorité alimente le marché intérieur étasunien.

*** Viennent ensuite l’Etat de México et Puebla (11%) et Tabasco (6 %)... Les principaux producteurs de dinde au Mexique sont : Pavos Parson, dans le Chihuahua, ainsi que Pavos Viridiana et Pavos Rey dans le Yucatán.

#Dinde #Noël #Secteuragroalimentaire

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA