Rechercher
  • Masiosarey

Une Casa de Francia éphémère à Guanajuato


« Vous allez où ? demande le chauffeur de taxi

– A la Casa del Conde Rul

– Ah, vous voulez dire la Casa de Francia! »

Voilà ce que vous risquez d’entendre à votre arrivée à Guanajuato pendant les trois prochaines semaines. Car, durant toute la durée du Festival International Cervantino 2017, la France, pays invité, aura sa maison au cœur de la ville. En avant-première pour les lecteurs de Masiosarey, petite visite guidée de la Casa de Francia… en compagnie de Madame Anne Grillo, Ambassadrice de France au Mexique et de Paula Forteza, députée des français à l’étranger…

Cette Casa de Francia a pris ses quartiers d’automne dans la Casa del Conde Rul, un bâtiment néo-classique situé presque en face du théâtre de la Paz et à deux pas de l’Ancien palais législatif de Guanajuato. Au rez-de-chaussée, quelques tables invitent les visiteurs à s’asseoir le temps d’un café. Des stands, tenus par les principaux bureaux de l’Ambassade de France, déclinent les pans de la coopération au Mexique : culture, arts, gastronomie, tourisme, affaires, innovation, science... s’ajoutent quelques espaces dédiés aux entreprises, et d’autres à des initiatives artistiques originales. Au premier étage, le visiteur découvre une enfilade de pièces qui hébergeront les nombreuses conférences et rencontres prévues au programme. Mais, en cette fin d’après-midi du 11 octobre, c’est ici que l’Ambassadrice de France, Mme Anne Grillo et quelques membres de l’Ambassade, répondent aux questions d’une poignée de journalistes…

« Mettre en valeur la créativité française » (Anne Grillo)

Et d’abord, quel est l’enjeu d’être pays invité de la FIC ? « Etre invité à la FIC nous donne l’opportunité de mettre en valeur toute la créativité française » explique l’Ambassadrice de France au Mexique.

Car la France, c’est bien évidemment un patrimoine culturel, mais pas (ou plus) seulement ! Pour exemple, l’exposition photographique de l’artiste Maia Flore, dans l’une des salles du rez-de-chaussée, est un clin d’œil facétieux à l’immuabilité, quasi sacralisation de ce patrimoine. En se mettant en scène dans différents monuments iconiques français (Versailles, châteaux de Touraine, Conciergerie, Ponts du Gard, Palais des papes à Avignon), l’artiste, définitivement joyeuse et impertinente, joue avec les symboles, revisite le patrimoine français… et le modernise.

Profiter des grands évènements culturels internationaux pour renouveler l’image de la France, « c’est une nouvelle manière de travailler » ajoute Jean-Paul Rebaud, Conseiller culturel de l’Ambassade ; tout en notant que l’agenda de ce mois d’octobre est serré, car la France est en même temps invitée d’honneur du Cervantino et de la Foire internationale du livre à Francfort.

Alors, la France... sollicitée, moderne, innovante... et jeune, insiste la récemment élue Paula Forteza, député des français à l’étranger, dont l’assistant parlementaire est un jeune mexicain, ancien étudiant du Lycée franco-mexicain de Polanco. Une France qui doit redevenir « un pôle attractif pour le Mexique » précise-t-elle.

De fait, pas de confusion possible, les entreprises représentées dans la Maison (du secteur cosmétique français à l’entreprise Michelin, installée à Guanajuato) mettent clairement à l’honneur l’innovation et l’ingénierie de pointe. Pour l’Ambassade, le pari est double : promouvoir et appuyer les investissements français au Mexique, mais aussi multiplier les appels du pied pour que les entreprises mexicaines investissent en France.

« De tout, pour tout public » (R. Meltz)

Raphaël Meltz, chargé de la programmation française du festival, explique qu’une vingtaine de compagnies sont arrivées à Guanajuato : environ 300 artistes, évoluant dans des genres artistiques différents et se présentant une à deux fois par jour. Il y aura « de tout, pour tous types de publics » synthétise R. Meltz : « pour un public mexicain francophile, ou pour un public qui, peut-être, connaît peu la France. Tous pourront se faire une idée de ce qu’il s’y fait aujourd’hui ».

Pour le théâtre, quelques avant-goûts : une œuvre (d’actualité en cette année de révolutions) de Joël Pommerat, sur l’histoire de la Révolution française ; une représentation de Pascal Rambert au Théâtre Juarez (une première pour cet espace dédié à la musique classique qui n’avait encore jamais ouvert ses portes au théâtre) ; la troupe du Théâtre national de la Colline dirigée par Wadji Mouawad ; ou encore le Collectif TeatroSinParedes mené par le français David Psalmon, résident depuis de nombreuses années au Mexique...

Du côté de la programmation musicale, vous trouverez pas moins de trois groupes baroques, car comme le précise R. Meltz « la France, c’est le pays de la musique baroque ». Mais il y en aura pour tous les goûts. Car la France est aussi un pays d’opéra, avec le ténor Stanislas de Barbeyrac, de Jazz, ou de rock. D’ailleurs, c’est Dionysos, un des groupes les plus représentatifs du rock français aujourd’hui, qui ouvrira le festival le soir même (et qui fera un carton jusque dans les rues adjacentes à la Plaza Alhóndigas !).

Une troupe de cirque présentera le renouvellement des arts du cirque, « c’est un peu le cirque du soleil, mais avec une vision très française » explique R. Meltz. Et puis, il y aura aussi du cinéma, avec une programmation sur le thème de la révolution dans le cinéma français, de la danse et une grande offre de conférences…

Une programmation très variée donc, qui partira ensuite vers Monterrey, Guadalajara et Mexico pour faire découvrir à un plus large public mexicain encore une nouvelle génération d’artistes français.

Des chiffres qui ne trompent pas…

Qu’en est-il de la relation entre la France et le Mexique ? Voilà une question qui taraude les médias mexicains présents lors de cette rencontre. Anne Grillo précise que « L’incertitude liée à la renégociation du TLC n’a pas d’impact sur la décision de l’Etat français de maintenir l’investissement au Mexique ». Et quelle meilleure preuve que l’ouverture ce mois-ci de la première représentation d’une Ambassade française dans le monde, à Monterrey. L’Ambassadrice conclue avec un exemple concret de la solidité de la relation économique entre les deux pays : « Le gouverneur de Guanajuato a justement rappelé que la multinationale Danone possède sa plus grande usine au monde, ici, à Guanajuato ! ». Mais la richesse de la coopération entre la France et le Mexique ne se manifeste pas seulement dans le domaine économique. Ainsi, chaque année, plus de 1.400 jeunes français viennent-ils étudier au Mexique, dans des disciplines artistiques aussi mais aussi scientifiques. Chaque année, également, 1.000 missions scientifiques sont réalisées au Mexique, alors même que de nombreux chercheurs mexicains se rendent en France. Les Français représentent la troisième communauté étrangère sur le territoire, après les Etasuniens et les Espagnols. Mélanie Belin, qui dirige Atout France au Mexique, le bureau de promotion du tourisme en France, précise que 250.000 français visitent chaque année le Mexique, avec une augmentation de 20% pour la destination de la Riviera Maya en 2016. Et, dans le même temps, 470.000 mexicains se rendent en France.

Quant à la langue française, celle-ci attire toujours autant d’étudiants. Avec un réseau de 32 Alliances installées sur tout le territoire mexicain, « le Mexique est le pays, hors Europe, où le plus de diplômes (DELF) de français sont délivrés » précise l’Ambassadrice. Et « Le niveau de français des étudiants est impressionnant ! » se félicite-t-elle, alors qu’elle vient précisément de rencontrer quelques heures auparavant un échantillon d’étudiants mexicains.

Enfin, interrogée sur l’aide de la France à la suite des séismes de septembre, l’Ambassadrice explique que « le gouvernement mexicain n’a pas encore officiellement fait de demande d’aide financière internationale, mais que le Président Macron a assuré à son homologue mexicain la disposition de la France à contribuer ». De fait, de nombreux experts français sont déjà présents au Mexique, notamment dans le domaine de la reconstruction du patrimoine. « Nous savons travailler ensemble dans ce champ précis, car le patrimoine nous uni depuis longtemps ». Jean-Paul Rebaud rappelle d’ailleurs que la France coordonne ou participe à des missions archéologiques au Mexique depuis plusieurs décennies et que les relations entre l’INAH (Institut national d’anthropologie et d’histoire ) et le nouveau ministère de la culture fédéral et la France sont anciennes.

La coopération Bordeaux-Guanajuato, à l’origine de la Casa de Francia

A l’image du « miroir d’eau » installé en face de l’entrée de la Casa de Francia –où, sans discontinuer, le public se prend en photo devant... la mairie de Bordeaux–, la relation entre gouvernements locaux français et mexicains entame une nouvelle étape. « Il y a une nouvelle dimension des relations entre les états fédérés ou les municipalités au Mexique et les métropoles françaises. La coopération avec l’étranger est possible » rapporte Raphaël Meltz, chargé de la programmation française du FIC. Et comme le souligne Jean-Paul Rebaud, «Guanajuato est aujourd’hui l’état mexicain le plus dynamique en matière de coopération décentralisée. La relation avec la communauté de Bordeaux est ancienne, et de nombreuses actions concrètes ont été mises en place. » Ce sont d’ailleurs les rencontres entre l’Etat de Guanajuato et la métropole bordelaise, organisées en janvier 2017, qui sont à l’origine de cette Casa de Francia, dès lors conçue comme un espace d’ouverture, de promotion de la France et de ses initiatives, au sein du Festival Cervantino. Dès février, un accord était passé et le gouverneur proposait l’espace de la Casa del Conde Rul, rebaptisée pour l’occasion Casa de Francia. L’Ambassadrice salue avec un large sourire cette offre généreuse…

Une offre d’autant plus généreuse qu’être pays invité « est une responsabilité et aussi un investissement » insiste Anne Grillo. Un investissement financier évidemment, mais aussi de travail et de temps ; car un festival de cette envergure demande entre deux et trois ans de préparation. Et quand on lui demande si la France sera prochainement l’invité du Festival international du livre de Guadalajara, l’Ambassadrice de France sourit et explique que, justement, cette question sera traitée par la Ministre de la culture française lors de son déplacement. Suspens donc...

Jeudi 12 octobre, l’Ambassadrice de France au Mexique, Madame Anne Grillo, et le Gouverneur de l’Etat de Guanajuato, M. Miguel Márquez Márquez, inauguraient la Maison de France, un si joli symbole d’amitié entre les deux pays. Une maison éphémère donc, le temps d’un festival, mais qui fera un petit tour dans le pays jusqu’à la fin 2017… Masiosarey ne manquera pas de suivre cet itinéraire, pour que vous puissiez, vous-aussi, découvrir cette France qui veut décidément innover…

©Masiosarey, 2017

#CasadeFrancia #Guanajuato #FranciaenGuanajuato #FIC #Inauguration #AmbassadedeFrance #AnneGrillo #AmbassadricedeFranceauMexique

Recherche

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA