Sept pétroliers mexicains coulés


Sept ! C'est le nombre de pétroliers mexicains coulés par les Allemands pendant la Seconde guerre mondiale; le bilan en pertes humaines s'élevant, lui, à 67 morts. En ce mois de célébrations de la fin de la Seconde guerre mondiale, Masiosarey revient sur la participation du Mexique dans ce conflit.

De fait, le Mexique déclare la guerre aux pays de l'Axe le 20 mai 1942, après le torpillage coup sur coup de deux de ses pétroliers par des sous-marins allemands : le Potrero del Llano, le 13 mai, puis sept jours plus tard, le Faja de oro.

Car le pétrole, et son acheminement (principalement vers les Etats-Unis), est le grand enjeu du pays en cette époque troublée. Pour constituer sa flotte marchande, l'entreprise Petróleos Mexicanos (PEMEX) commande ainsi, en 1939, trois pétroliers à l'Italie. Malheureusement, une fois la guerre déclarée en Europe, ce pays se garde bien de les livrer. L'entreprise mexicaine achète alors à la Norvège deux tankers, baptisés Cerro Azul et Tampico, puis encore six autres aux Etats-Unis. En 1941, le président mexicain ordonne même la saisie de neuf navires étrangers (dont un français, le Merope, renommé en 1942 Potrero del Llano II) à quai dans les ports du pays. C'est cette flotte stratégique qui permet l'approvisionnement des Etats-Unis en combustible... Et c'est cette flotte que les Allemands ne cessent de torpiller.

Toutefois, torpillages de pétroliers mis à part (sept tout de même), la Seconde guerre mondiale a surtout été une opportunité pour le Mexique. Tout d'abord, ce conflit lui a permis de négocier avec les Etats-Unis dans une position moins inégale qu'auparavant (notamment une réduction importante de sa dette extérieure). La Seconde guerre mondiale a également eu des répercussions positives sur la croissance économique mexicaine : entrées de capitaux étrangers, augmentation des exportations mexicaines et impulsion pour produire sur place des produits auparavant importés (le fameux modèle de substitution des importations). Enfin, à la sortie du conflit, le Mexique est invité à la table des vainqueurs, comme membre fondateur de l'Organisation des Nations Unies (ce qui n'avait pas été le cas en 1919 lors de la création de la Société des Nations).

Preuve de ce repositionnement sur l'échiquier mondial et régional, le Mexique accueille en février 1945 la "Conférence interaméricaine sur les problèmes de la guerre et la paix" ; l'occasion pour le pays d'affirmer au monde son entrée dans la modernité...

©Masiosarey, 2017

Témoignage du Capitaine Vazquez Romollón, qui accompagna pendant 3 ans de guerre les convois de pétroliers vers les Etats-Unis.

Aboites L., Loyo E., "La construcción del nuevo estado, 1920-1945", dans Nueva historia general de México, El Colegio de México, 2010

Loaeza S., "Modernización autoritaria a la sombra de la superpotencia, 1944-1968, dans Nueva historia general de México, El Colegio de México, 2010

#SecondeGuerremondiale #Pétroliers #Mexique

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA