Rechercher
  • Masiosarey

"Il y a beaucoup plus que les mythes"


A propos de "Six mythes de la relation US-Mexique : conférence de Raúl Benítez Manaut"

Très bon article, mais l'exposé est bien incomplet et laisse sur la faim. Car il y a beaucoup plus que les mythes. Il manque plusieurs facteurs importants douloureusement réels.. Je citerai quelques uns dans le désordre. Du fait de l'ALENA (NAFTA) le Mexique a pratiquement un seul client en exportation, les USA, qui absorbe 80%. L'industrie automobile dite Mexicaine, et beaucoup d'autres industries, les maquiladoras, sont en réalité en grande partie américaines sous un régime fiscal spécifique. Une récession sérieuse de ces secteurs au Mexique causerait un chômage important, l'effondrement économique du pays et du peso. Le système bancaire est majoritairement étranger, surtout anglo-saxon, et est entièrement basé sur le dollar. La balance des paiements dépend totalement des USA. Pour fournir de la main d’œuvre à ces industries le Mexique a sacrifié son agriculture et est dépendant au niveau alimentaire des USA pour une grande partie des produits basiques. La guerre perdue contre les narcos, faite en grande partie pour le compte des USA, a coûté selon des sources fiables 200000 morts et 50000 disparus. Les narcos sont infiltrés dans toute la société mexicaine avec des conséquences sociales et politiques désastreuses. Selon certaines sources ils "emploient" 2 millions de personnes, et étant "patriotes" à la différence de l'oligarchie qui elle envoie son argent à l’étranger, ils rapatrient au moins 20 milliards de dollars par an et sont une source importante de financement. Le négoce de la drogue vaut 70 milliards USD par an... Ni le mur, ni les vociférations de Trump ne gêneront en rien les narcos et les enrichiront encore plus, augmentant leur pouvoir au sein de la société mexicaine.

Pablo R., Playa del Carmen, Quintana Roo

#Courrierdeslecteurs

Recherche

  • Gris Icono RSS
  • Gris Icono de Instagram
  • Gris LinkedIn Icon
  • Gris Facebook Icono
  • Gris Icono Twitter

© 2020 par PERTINENS MEDIA